SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

#Ultim

Tour du monde à l’envers : Yvan Bourgnon va récupérer l’ex trimaran de Francis Joyon et Guo Chuan à San Francisco pour tenter le record

mardi 9 octobre 2018Redaction SSS [Source RP]

A l’heure où la plupart des grandes aventures maritimes ont déjà toutes été accomplies, Yvan Bourgnon, toujours avide de sensations fortes et d’expéditions incroyables sur les mers du globe, s’attaquera fin 2019 à un nouveau challenge inédit : être le premier à réaliser un Tour du Monde contre les vents, sur un multicoque et en solitaire. Le dernier grand record planétaire à la voile, sur lequel personne n’a encore réussi à poser son nom.

Un défi réalisé en monocoque, jamais en multicoque

Depuis l’époque des premiers explorateurs, les voiliers naviguent autour de la Terre toujours dans le même sens, celui des vents, d’Est en Ouest. Peu de marins ont tenté de vaincre la force des éléments dans le sens contraire. Seuls quatre aventuriers chevronnés ont réussi l’exploit de le faire en monocoque mais jamais en multicoque.

Le premier fut l’Américain Joshua Slocum, en 1895, qui mit 3 ans 2 mois et 3 jours pour terminer sa circumnavigation sur son yawl, après de nombreuses escales en Australie et en Afrique du Sud.

En 1970, puis en 1994, le record tomba deux fois aux mains de Britanniques. D’abord Chay Blyth en 192 jours, puis Mike Golding en 161 jours. Il fallut encore attendre quelques années pour voir un français partir à l’assaut de ce Tour du Monde pas comme les autres et réaliser un nouveau temps de référence. Philippe Monnet réalisa 151 jours 19 heures et 54 minutes en l’an 2000. Une performance qui sera battue pour la dernière fois en 2004 par l’Amiénois Jean-Luc Van Den Heede, en 129 jours 5 heures 50 minutes et 47 secondes.

Concernant les multicoques, le Rochelais Yves Le Blévec fut le premier en 2017, et le seul à ce jour, à se lancer dans une tentative avec son trimaran ultime « Actual ». Malheureusement, son bateau chavira au large du Cap Horn, après quelques semaines en mer, soulignant ainsi l’âpreté du parcours.

Longtemps hors de portée, le défi multicoque est désormais envisageable

Il y a encore une trentaine d’années, les multicoques souffraient d’une réputation d’engin des mers peu adaptés et pas suffisamment solides pour ce type de traversée. De l’avis des skippers modernes, prendre la mer sur des embarcations aussi peu stables est la certitude d’être secoué, balloté pendant 60 jours face aux éléments des 50èmes rugissants. En effet, cette région du globe est particulièrement hostile et peu encline à l’improvisation, avec des vagues déjà impressionnantes de dos, et qui sont encore plus difficiles à affronter de face.

Depuis le début des années 2000, les connaissances technologiques et météorologiques ont évolué et ce défi est devenu envisageable. La fiabilité des multicoques est maintenant similaire à ceux des monocoques et ils ont été étudiés pour affronter les éléments naturels de façon plus confortable. Les données météorologiques se sont également beaucoup améliorées ces 10 dernières années, notamment dans le Grand Sud, permettant d’anticiper les routes de déviation et ainsi éviter les tempêtes qui sont fréquentes dans cette zone du globe. Les abords des côtes avant le Cap Horn sont aussi plus accessibles et laissent la possibilité aux marins d’accéder à des abris pour attendre une fenêtre météo idéale. Enfin, il n’y a plus aucune pression sur le temps à battre, puisqu’il est largement abordable pour un multicoque. Cependant, Yvan Bourgnon, compétiteur averti, espère le boucler en moins de 100 jours. Ce défi exceptionnel, est aujourd’hui porteur de visibilité car il symbolise la dernière terre de marins encore vierge de nom, l’engagement technique du bateau et le mental du marin pour assurer un succès. Ces valeurs humaines et d’ingénierie trouveront écho avec celles des partenaires et sponsors souhaitant s’engager auprès d’Yvan.

Le Trimaran choisi pour réaliser l’exploit : Un bateau fait pour les records

Pour réaliser cette aventure hors-norme et unique, Yvan Bourgnon a choisi l’ex- Trimaran IDEC, au palmarès impressionnant. Lancé en 2007 et skippé de 2007 à 2015 par Francis Joyon, ce maxi-trimaran a battu la bagatelle de 9 records, dont 4 encore d’actualité. En 2015, après son acquisition par le skipper chinois Guo Chuan, il est renommé Qingdao China. Il se trouve actuellement à San Francisco (USA).

Caractéristiques :
- Longueur : 30 mètres - Largeur : 16,5 mètres - Mât : 32 mètres
- Poids : 11 tonnes Palmarès du bateau :
- Record actuel de la traversée de la Manche en solitaire battu en 2007 - Record absolu du Tour du Monde en solitaire en 2008 en 57 jours et 6h (jusqu’en 2017)
- Record de la Route de la Découverte en solitaire en 2008 et 2012
- Record de la distance parcourue en 24h en solitaire en 2007 et 2012 - Record de l’Atlantique Nord en solitaire en 2013
- Record du Passage du Nord-Ouest en 2015
- 2ème Route du Rhum 2010


- Info presse Agence Sophie Kamoun Communication / https://yvan-bourgnon.fr



A la une