SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trophée Jules-Verne

Geronimo accélère au large du Brésil

De Kersauson : "quatre jours de glue comme j’en avais pas vu depuis vingt ans"

jeudi 28 février 2002

Hier en début d’après-midi, le trimaran aux couleurs de Cap Gemini Ernst & Young Schneider Electric, grâce à des alizés légers d’est-sud-est, pointait déjà par le travers de la pointe nord-ouest du Brésil à environ 550 milles nautiques du continent sud-américain et glissait alors majestueusement sur les vagues de l’Atlantique sud à plus de 15 nœuds.

Malgré des conditions météos légères " qui devraient perdurer encore quelques temps " d’après le détenteur du Trophée Jules-Verne, Geronimo, décidément très à l’aise aux allures de près bon plein, a engrangé 344 milles supplémentaires au compteur de son loch lors des dernières vingt-quatre heures. Apprenant le nouveau départ de Bruno Peyron, Olivier rappelle que "ce nouvel envol d’Orange ne changera en rien notre stratégie autour du monde et toute comparaison entre nos parcours respectifs ne sera que virtuelle, seul compte le temps de référence du record Record #sailingrecord de 1997 (71 jours 14 heures 22 minutes 8 secondes) "….

Message reçu le 27 au soir au PC :

"Enfin sortis de la glue : gueule de bois des lendemains de calmes, la dose a été un peu forte, nous sommes tous sur les genoux.

Pas le temps ni le cœur de fêter la ligne et de fabriquer pour la moitié de l’équipage ces souvenirs impérissables dont toutes les marines du monde possèdent d’extravagantes recettes. Sombres, fatigués, humiliés presque, devant tant d’impuissance.

Merde de merde, quatre jours de glue comme j’en avais pas vu depuis vingt ans.

Pas content, pas de bonne humeur.

Vexé en plus par le calme : il n’y avait rien à faire et pourtant on a tout fait.

Vexé de ne pas avoir pu dominer ma fureur pour regarder Geronimo sublime et étincelant sous la lune profitant, aérien, de chaque souffle.

Les yeux sur le chrono, j’ai regardé sans le voir cet extraordinaire danseur abandonné du vent glisser sur l’eau noire. Maintenant lavé par le vent revenu, je m’en souviens et je sais avoir été frôlé par un bonheur que je n’ai pas osé prendre.

Olivier"

Information Rivacom pour Geronimo. A suivre sur http://www.grandsrecords.com

Voir la carte du tour du monde : Geronimo vs Orange


Dans la même rubrique

Trophée Jules Verne : Comment Multiplast a réparé le mât d’Orange

Trophée Jules-Verne : Deux jours d’avance sur l’équateur pour Geronimo

image 300 x 158A bord de Geronimo ce mercredi. Photo : Cap Gemini Ernest & Young - Schneider Electric http://www.grandsrecords.com

Trophée Jules-Verne : Possible feu vert pour Orange samedi

image 300 x 158Photo : Ch.Guigueno

Trophée Jules Verne : De kersauson patiente sous les orages


A la une