SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Pipof à la plage

Débuter le kite après 40 ans : le bilan après 3 ans

3 ans en Takoon Log • Nouveau twintip Décathlon • Et le foil ?

lundi 19 décembre 2016Christophe Guigueno

En septembre 2013, je commandais mon équipement chez Takoon : une aile Log 12m2, sa barre, sa pompe et un harnais. Je rachetais à un ami son twintip f-one Refex et, à presque 44 ans, je me lançais dans la pratique du kitesurf Kitesurf #Kitesurf . Ça a été long et besogneux. Voici donc le bilan après 3 ans d’apprentissage et sur l’état du matos.

Si vous avez passé la quarantaine et que vous souhaitez vous mettre au kitesurf Kitesurf #Kitesurf , accrochez-vous ! On n’a pas les réflexes d’un ou d’une ado et acquérir les bons réflexes prend du temps. Mais il est toujours possible de gagner du temps. Pour faire simple, mieux vaut prendre un stage là où il y a du vent régulier et des eaux chaudes. Si le moniteur dispose d’un bateau pour vous laisser courir sans craindre de se faire rattraper par la plage, c’est encore mieux ! Si vous tentez l’aventure Aventure comme je l’ai fait avec un pote pour les premiers conseils et la sécu, soyez téméraires. Il m’aura fallu un an avant de profiter de la glisse tracté par une aile et deux ans pour être autonome, lâcher le gilet de flottabilité et enlever le leach de planche. Ce fut long.

Si c’était à refaire, je choisirais une planche twintip plus grande que la 140 cm que j’avais entre les pieds pour les premiers water-start ou une planche plus moderne comme la planche de Décathlon que j’ai achetée en septembre. A 300 euros, il n’y a pas meilleure offre sur le marché pour débuter avec un twintip qui permet de passer aisément les shore-break comme sur le spot de Fort-Bloqué où le vent et la mer font quasiment toujours face à la plage. Pour les voiles, le choix de matériels très récents (maintenant pas plus vieux que 2012-2013 pour de l’occasion) est obligatoire tant pour la sécurité que pour la manoeuvrabilité. Et niveau sécu, bien entendu, il ne faut pas oublier le casque, le gilet et un leach (le plus pratique est le leach télescopique) et, pourquoi pas, des protèges tibias car les retours de planche laissent des traces !


3 ans en Takoon Log : le bilan

Pour m’équiper en aile, j’ai choisi la marque française Takoon. La Log m’a été conseillée parce qu’elle est polyvalente et facile à redécoller. J’avais donc commandé en septembre 2013 une 12 m2 adaptée à mon gabari de 85 kg. J’ai ensuite trouvé en occasion, une 9m2 de la même génération pour naviguer quand il y a plus de 20 noeuds établis. L’aile de 12 m2 a plutôt bien résisté après 3 ans de pratique de débutant. J’ai du lui placer quelques patches mais rien ne remettant en cause sa structure. L’aile est bonne pour quelques années encore.

La 9m2 achetée d’occasion avait des coutures fragilisées sur 2 des 3 lattes. Il a fallu les recoudre pour éviter une explosion au gonflage. Cette zone aurait sans douté méritée d’être mieux étudiée par Takoon en 2013. La couture, j’en ai faite aussi pour le harnais Takoon qui, lui, était bien en-dessous de la qualité requise. Il m’a fallu repasser du fil dans quelques endroits et changer une des deux fixations basse du harnais (autour de la cuisse droite) qui lâchait tout le temps. Depuis, tout va bien et je navigue toujours avec ce harnais culotte. Du côté de la barre, après 3 ans de service, le tube plastique qui protège la ligne de sécurité s’est déchiré au niveau de l’ouverture de la barre. Il me faudra la changer mais disposant d’une deuxième barre (achetée avec la 9m2), il n’y a pas urgence. Les lignes sont quant à elles encore en bon état. Pas mal au bout de 3 ans !

Côté navigation, j’ai toujours connu des problèmes pour faire du cap quand il y a peu de vent. C’est valable pour les deux ailes et après quelques recherche sur internet, il semble que les Takoon sont réputées pour avoir des soucis "en plage basse". Pour mes deux Takoon Log, il est clair qu’il est très difficile de faire mieux que des bords carrés quand il n’y a pas assez d’air. La chute de l’aile entre les lattes se ferme d’ailleurs ce qui montre un problème d’écoulement de l’air. Mais dès qu’il y a assez de vent, tout va mieux. Ce ne sont pas des ailes pour faire du près serré (en kite twintip ça n’existe pas) mais elles sont agréables et aisément contrôlables au portant pour descendre les vagues. Ces deux ailes furent donc un bon choix pour débuter et, si je devais changer, je resterai sans doute chez Takoon avec la gamme Furia.

Couture de renfort sur la latte de la Takoon Log 13m2. Le #kitesurf, c'est de la voilerie aussi

Une photo publiée par Christophe Guigueno (@chguigueno) le

Un twintip de... Décathlon

Oui oui, vous avez bien lu. Décat vend un twintip pour le kitesurf. A 300 euros, je n’ai pas hésité. Et je ne suis vraiment pas déçu. Long de 136 cm pour 40,5 de large, il est confortable et propose une forme et des rails que l’on voit dans les modèles commercialisés deux fois plus chers par les grandes marques. Il passe très bien le shore-break comme je l’ai écrit plus haut. Les demi-tours sont faciles car la planche pivote aisément sur sa patrie centrale. Surfer les vagues est aussi un jeu d’enfant. Ce fut donc un vrai plaisir de troquer la bonne vieille Next 2010 pour une planche moderne et pas chère. En plus, Décat promet que la planche est garantie à vie.


PIPOF à la plage : Kitesurf au Fort-Bloqué en... par seasailsurf

Et après... le foil ?

Après 3 ans de pratique du kite, je ne regrette pas de m’être lancé dans l’aventure de ce sport qui mélange les plaisirs de la glisse et de la voile. Le point noir du sport reste le bon compromis spot et vent car on n’a pas souvent assez de vent ou la marée idéale pour sa zone de navigation (haute ou basse selon les endroits) et la bonne orientation. Du coup, quand tout ce combine, c’est un peu la foule sur le plan d’eau. Et comme beaucoup de pratiquants sont adeptes de l’essuie-glace en bord de plage, il faut savoir s’écarter ou se faire de la place. En plus, et ce fut assez marquant en 2016 en Bretagne sud, le petit temps ou le vent de nord-est ont largement fait baisser les statistiques de sessions de navigation.

Pour augmenter la plage de tir pour kiter, on a pensé au Kite20 mais le projet est resté en stand-by faute de temps libre pour finir la préparation du bateau. Mais promis, avec Armel on s’y remet dès que possible. Et sinon, il y a le foil... Je viens d’acheter une planche et un foil d’occasion via Leboncoin. Je vous fais donc vivre cela dans les prochains posts. Et ça promet d’être encore laborieux ! ;-)



A la une