SeaSailSurf®

Du grand large à la plage : Toute l’actualité des sports de glisse depuis 2000

Trimarans Ocean Fifty

Pro Sailing Tour • Saison 2 : La victoire à Brest pour l’équipage de Morgan Lagravière

dimanche 26 juin 2022Redaction SSS [Source RP]

Après 4 victoires sur les 6 courses inshore en rade de Brest Brest #brest , l’équipage de Leyton a remporté ce matin le « Défi 24h en Finistère ». Une nette domination de l’Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 barré sur cet épisode par Morgan Lagravière face une rude concurrence au niveau de jeu Jeu #jeu décidément de plus en plus élevé. A Brest Brest #brest , les conditions météorologiques, le plan d’eau tactique, l’énorme envie de bien faire de chacun des équipages donne le ton pour la suite du Pro Sailing Tour 2022 : la bagarre, toujours la bagarre… mais de haute voltige !

FOCUS SUR LE DÉFI 24H EN FINISTÈRE

300 milles en moins de 18h : les chiffres valent mieux qu’un long discours. Comprenez que les Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 ont « tartiné » souvent à des vitesses hallucinantes sur ce grand tour de la Bretagne : entre 30 et 35 nœuds au max, 25 le plus souvent. Le vent de sud-ouest tonique et la grosse mer leur ont demandé une certaine prudence notamment aux abords d’Ouessant, mais n’ont pas empêché les cadors de la voile d’attaquer et de faire marcher leur monture à 100% de leur potentiel. Leyton a donné le ton d’emblée : voilure maximum, qui m’aime me suive ! Une cadence infernale que Primonial et Arkema acceptaient de bonne grâce. Mais ce « Défi 24h en Finistère » a connu quelques péripéties notoires : Solidaires En Peloton-ARSEP cassait son grand gennaker avant la nuit, et terrible coup du sort, Koesio tombait en panne sèche d’électricité quelques minutes après le départ de Brest Brest #brest … Groupe GCA-1001 Sourires, jouant la prudence au maximum et la navigation « en bon marin », se retirait de la course dans la matinée, probablement hors temps dans tous les cas, s’il avait rejoint la ligne d’arrivée. N’empêche, le constat est clair : malgré les pépins du bord, les écarts sont incroyablement minimes, comme les 6 mn qui séparent Solidaires En Peloton-ARSEP de Koesio. Vous avez dit régate au contact ?

UN DEUXIÈME ÉPISODE INTENSE, SPECTACULAIRE ET ÉNERGIVORE !

Et dire que dans trois jours, les équipages remettent ça en baie de Saint-Brieuc… Le circuit du Pro Sailing Tour demande beaucoup d’exigence et d’endurance pour régater sur des petits parcours et partir au large, 24h durant. A Brest Brest #brest , il fallait les voir batailler avec la même intensité sur chacune des courses ! N’est pas athlète de voile qui veut… Tout avait commencé sous un soleil estival et des tous petits airs. Il planait une sérieuse envie de revanche sur le premier épisode de Bonifacio, les équipages avait une grosse envie de régate au contact. Les joutes dans la sublime rade brestoise ont vu des chamboulements de podium, des passages de bouée ultra serrés, et un Leyton en grande forme, barré par un p’tit nouveau dans la classe, mais néanmoins talentueux, Morgan Lagravière. Arkema prouvait d’emblée qu’il était dans le match et Solidaires En Peloton-ARESP, avec Vincent Riou à bord, qu’il peuvait jouer aux meilleures places. La brise du deuxième jour changeait alors la donne, mais Komilfo, dans son jardin, et toujours en apprentissage, a fait montre d’un fort potentiel, tandis que Koesio n’était jamais loin pour bousculer les meilleurs. Groupe GCA-1001 Sourires, quant à lui, dernier arrivé à Brest après la casse de son étrave à Bonifacio, n’a fait que de la figuration sur ce deuxième épisode. Leyton en tête au classement général certes, mais il reste encore du chemin avant le final à Roscoff, le 10 juillet prochain !

ILS ONT DIT

Morgan Lagravière (Leyton) : « C’est une belle satisfaction ! On a terminé en beauté avec cette course offshore que nous avions à cœur de gagner. C’étaient des conditions assez engagées avec des périodes de vagues assez violentes pour le bateau. Le comportement volage du bateau m’a impressionné. Il y un niveau d’engagement très important, il faut être dessus en permanence, c’est de la vigilance de tous les instants. J’appréhendais presque la nuit et finalement on a attaqué plus la nuit que le jour sous pilote automatique. Le bateau est safe, on avait une super ambiance à bord. J’ai adoré les Ocean Fifty Ocean Fifty #multi50 , le circuit, le format, il y a tout ce que j’aime. Il y a de l’humain, de la sensation, de la vitesse Vitesse #speedsailing , du large, de la régate au contact. »

Sébastien Rogues (Primonial) : « On a pris un super départ ! Il a fallu enquiller des virements dans le goulet au plus près des cailloux. Nous restons devant un bout de temps jusqu’à un changement de voile de Leyton, et nous hésitons. Arkema nous dégomme sous trinquette, nous n’étions pas très rapides. Dans le bouillon à Ouessant, nous envoyons en premier le gennaker et nous doublons à tout jamais Arkema. On a eu un problème de pilote cette nuit ce qui nous a fait perdre un petit peu de temps par rapport à Leyton. Nous avons ensuite fait un bord de « bourrin » avec des pointes à 34-35 nœuds jusqu’au phare de la Jument. Tout a été plaisir, jamais nous n’avions longé la Bretagne aussi rapidement ! »

QuentinVlamynck (Arkema) : « C’était intense, c’était top cette régate au contact ! Nous avons encore appris beaucoup de choses. Ceux de devant ont peut-être mieux réussi leurs manœuvres. Nous nous sommes faits vraiment plaisir avec Cesar (Dohy) et Etienne (Carra). Nous avons peut-être été trop prudents, mais sur la fin nous avons poussé le bateau. Il y avait parfois des zones de molle, des grains, il a fallu se battre parce que Thibaut (Vauchel-Camus) revenait fort derrière nous. Dès le départ nous allions vite, mais il y avait moyen de se mettre sur le toit, de casser, il fallait faire attention. »

Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires En Peloton-ARSEP) : « Un départ génial, du beau spectacle ! Après, nous n’avons pas osé à changer de voile d’avant alors que Leyton nous a fait une démonstration qu’il fallait le faire. Arrivé à Ouessant, le grand gennaker a cassé. Nous avons donc mis peu de temps en soi pour réinstaller le petit gennaker, mais ça va tellement vite que nous nous sommes faits distancer. Ceci dit, nous avons cravaché pour remonter les petits copains qui se sont retrouvés à portée de fusil. Nous avons assuré notre matelas sur les deux copains derrière. Ce qui est dur, c’est quand tu n’es plus dans la phase de contact, tu as moins le couteau entre les dents. Nous sommes contents de cette 4e place sur le Défi 24h en Finistère. »

Erwan Le Roux (Koesio) : « Nous avons rapidement été obligés de revoir nos objectifs à la baisse, car dès la bouée de dégagement nous n’avions plus d’électricité. Pour sortir de la rade j’avais la tête dans le moteur. Nous avons navigué en mode furtif ! les gars voulaient continuer pour ne pas prendre de plomb au classement général. C’est un peu tendu quand même de naviguer sans électronique, même si on connait le coin. Par 25 nœuds de vent, c’est chaud ! On a navigué au feeling. Nous avons mis nos flash-light sur nous pour être visibles, mais personne ne nous voyait à l’AIS. Heureusement, qu’il n’y avait pas trop de trafic. On ne sait pas à quelle vitesse Vitesse #speedsailing nous avons navigué. Nous avons fait les choses de manière plus cartésienne, plus safe, on a été à tâtons. »

Eric Péron (Komilfo) : « Super départ avec 20 nœuds de vent sous le soleil, le rêve ! Nous nous sentions bien, allions vite au près. C’est sur la remontée entre la chaussée de Sein et Ouessant que nous avons vu que la dernière génération de bateaux allait vite dans ces conditions. Nous avons perdu du terrain à ce moment-là. Dans un objectif de travail, nous sommes restés conservateurs sur un choix de voile. Les concurrents se sont barrés et nous avons faits quelques petites erreurs. Cela fait partie de l’apprentissage du bateau, on n’a pas encore nos repères, il y a encore beaucoup de choses à construire et cela prend du temps. Cela nous laisse beaucoup de marge de progression, donc je suis confiant. Nous n’avons presque rien cassé, globalement nous sommes très contents car nous progressons tous les jours. »

Gilles Lamiré (Groupe GCA-1001 Sourires) : « Le bilan du Défi 24h est ce qu’il est pour nous. Pour être honnête, nous sommes arrivés à Brest après la casse de Bonifacio, et nous n’avions pas d’ambition sportive mais plutôt l’envie d’engranger de l’expérience. Les autres équipages avaient le couteau entre les dents et nous avons été trop prudents, donc l’écart s’est creusé. On a eu quelques problèmes techniques, nous avons préféré ne pas penser à la compétition mais se concentrer sur la progression, engranger de l’expérience pour être dans le match pour les prochains épisodes. Nous sommes tournés vers l’avenir, le bateau va bien, on a pris du plaisir, c’était beau. On est tourné vers la baie de St-Brieuc, on a hâte de se retrouver sur la ligne de départ avec nos copains ! »

CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE DE L’ÉPISODE 2 - BREST

  1. Leyton : 70 points
  2. Primonial : 54 points
  3. Arkema : 47 points
  4. Solidaires En Peloton - ARSEP : 47 points
  5. Koesio : 43 points
  6. Komilfo : 36 points
  7. GCA - 1001 Sourires : 12 points

Portfolio



A la une